STATS: 178 vues
Yopougon ( conflit foncier entre la mairie et les riverains de la zone industrielle):  Le conflit prend des proportions inquiétantes, le président de l’ARBNE craint le pire..

Yopougon ( conflit foncier entre la mairie et les riverains de la zone industrielle): Le conflit prend des proportions inquiétantes, le président de l’ARBNE craint le pire..

29 septembre 2023 0 Par Jean Claude Deli

 

Le conflit foncier opposant la mairie de Yopougon à l’Association des Résidents de Banco Nord Extension 2 (ARBNE 2) a pris des tournures de violences.
Les populations se sont mobilisés, hier jeudi 28 septembre 2023, sur le site en question, pour protester contre l’opération de déguerpissement en cours.

Les actions de protestations ont été effectué via des jets de pierres et des cocktails molotov.
Venu sur place avec certains membres de son bureau pour appeler à l’apaisement, le président de l’ARBNE 2, Koné Yaya, s’est présenté au micro des journalistes pour décrire la situation.
“Bien que la mairie et la gendarmerie font fi de la décision de justice qui interdit le déguerpissement, les gens étaient sereins parce pour eux, le droit fera son effet dans tous les cas. Mais ce qui les a choqué pour occasionner les heurts d’aujourd’hui, c’est le passage des opérateurs économiques libanais sur le site avant hier mercredi: Des opérateurs qui aurait acheté notre espace avec la mairie.

Le président de l’Arbne M.Koné Yaya craint pour sa vie et exige que le droit soit dit.

Les jeunes prêts à payer de leurs vies pour faire barrages à toutes sortes d’expropriation.

Nous les responsables de l’association, nous nous sommes efforcés de calmer la situation en appelant à l’apaisement mais je crains que le pire se produise les jours ou les semaines à venir.
Car selon leurs propos et cris de guerre durant la manifestation, les jeunes du quartier se disent très déterminés à en découdre. Quand on tentait de les calmer, les jeunes nous on fait savoir que ça sera sans doute sur leurs corps que les libanais vont passer pour construire”, a-t-il laissé entendre.
Et d’ajouter, ”C’est toujours le lieu d’interpeller les autorités pour le respect strict du droit”.

Johny Nash